Déroulement des études évaluations de la Justice pour Mineurs

 

 

 

Selon les normes internationales de protection des droits de l’Enfant, l’objectif principal de la justice des mineurs doit être la réhabilitation du Mineur et sa réinsertion dans la société. Cet objectif transparaît clairement du dispositif de l’article 40 de la convention relative aux droits des enfants qui établit que les « les états parties reconnaissent à tout enfant suspecté, accusé ou convaincu d’inflation à la loi pénale, le droit à un traitement qui soit de nature à favoriser son sens de la dignité et de la valeur personnelle, qui renforce son respect pour les droits de l’homme et les libertés fondamentales d’autrui, et qui tienne compte de son âge ainsi que de la nécessité de faciliter sa réintégration dans la société et de lui faire assumer un rôle constructif au sein de celle-ci.
La justice pour mineurs a donc un rôle très délicat car elle doit contribuer « à la protection des jeunes » tout en veillant « au maintien de la paix et de l’ordre dans la société ».
Le Burkina en ratifiant la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’Enfant avait pour préoccupation majeure, de faire de la protection des droits, de faire de la protection des droits de l’enfant une priorité. Il s’avère nécessaire de procéder à une analyse diagnostique de la justice pour mineurs dans les pays africains  afin de mieux prendre en compte la question relative aux droits de l’enfant dans le processus de réforme du système judicaire

Une série d'études est en cours dans la sous-région Ouest Afrique exécutées par une équipes de consultants de la Fondation Joseph The Worker pour évaluer la justice pour mineurs et  faire des recommandations.