Programme Sous-Régional d'Evaluation de la justice pour mineurs, d'Amélioration de la protection des enfants en Conflit avec la loi et de Renforcement des Capacités des Acteurs de la Justice pour Enfants

Le vendredi 08 avril 2011, s’est tenu dans la salle VIP de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin (CCIB), le lancement du projet Sous-Régional d’Evaluation de la Justice pour Mineurs d’Amélioration de la Protection des Enfants en Conflit avec la loi et de Renforcement des Capacités des Acteurs de la Justice pour Enfants.

Prévu pour démarrer à 09h après l’arrivée et l’installation des officiels, c’est autour de 10h15 que le coordonnateur du projet en la Personne de Joseph MEVOGNON, a prononcé son allocution de bienvenue. Il  a après,  présenté les objectifs de la fondation dont il est le Directeur Exécutif, objectifs qui d’ailleurs sont en droite ligne avec le projet, objet du présent lancement, il a tenu à peindre le tableau de la situation des enfants dans les pays africains en général, de la violation de leurs droits et des mauvais traitements à eux infligés. Il  a  entre autres  mis l’accent sur : i) la nécessité de renforcement des capacités des acteurs de la justice pour mineurs dans pour la sauvegarde de l’intérêt supérieur de l’enfant, et ii) l’engagement formel de la Fondation Joseph The Worker a s’investir méthodiquement et durablement à la protection des enfants en conflit avec la loi.

Le correspondant pays Bénin de la Francophonie et Représentant Spécial du Chef de l’Etat près la Francophonie, Monsieur Adrien AHANHANZO GLELE, à la suite de la précédente allocution a salué l’audace de la jeune équipe qui constitue la Fondation Joseph The Worker qui ose  attaquer des problèmes aussi pertinents et délicats liés à l’enfance en contact avec la justice et la traite des enfants. Convaincu que cette  nouvelle expérience sera à la hauteur de la précédente notamment (″ corridor Cotonou- Ouagadougou de lutte contre le trafic  et le travail des enfants″), il a exprimé la disponibilité de l’institution qu’il incarne à accompagner les initiatives aussi innovantes. Abondant dans le même sens, il a exprimé sa satisfaction de constater qu’une structure s’est intéressée pour la première fois au Bénin à la vulgarisation de la déclaration de Bamako, vieille d’une dizaine d’année. Par la suite, il a tenu à faire un coup de cœur à l’endroit du  Consul du Canada, invité pour la circonstance dans le cadre de la collaboration fructueuse qui s’est instaurée et qui s’entretien entre les deux institutions (la francophonie et le Canada). Il a fini par rappeler la genèse et les objectifs que la francophonie s’est assignés  en fonction des nouvelles réalités constatées dans les pays membres et au renouvellement du soutien de son institution à la fondation dans la mesure les objectifs de cette dernière s’inscrivent clairement dans le programme 2010-2013 de la Francophonie.

Après quelques minutes d’animation, le Directeur Exécutif, coordonnateur du projet, a présenté les différentes articulations du projet objet du présent lancement. Après cette intervention ce sont succédées les allocutions des représentants des ministres de la Famille et de la Justice qui ont mis en exergue les points suivants :
Félicitation de l’initiative de la Fondation,
Volonté à accompagner l’initiative
Importance de la protection des enfants et de leurs droits
Exhortation de toutes les parties concernées au respect des droits des enfants
Présentation du cadre institutionnel de la lutte contre la traite des enfants.

Il est à noter que le discours d’ouverture ou de lancement du projet a été prononcé par la Directrice de Cabinet du Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, de la législation et des droits de l’Homme, Madame Géneviève BOKO NADJO, qui a rassuré de la disponibilité du ministère à apporter son appui technique à l’implémentation des activités du projet avant de lancer officiellement le projet.

 

II-Séance de sensibilisation des acteurs institutionnels phase pays Bénin  sur la déclaration de Bamako

 

Cette séance a démarré après le retrait des officiels et par  la communication du Coordonnateur du projet, qui a porté sur  les Conclusions de  l’Evaluation de la mise en application de la déclaration de Bamako de son plan d’action dix après. Cette communication a passé en revue la situation de la mise en œuvre de la déclaration de Bamako dans les domaines entre autres, de la consolidation de l’Etat de droits, la tenue d’élection libres, fiables et transparentes, une vie politique apaisée, la culture démocratique intériorisée  et le plein respect des droits de l’homme etc. Ensuite  les acteurs institutionnels présents à cette séance se sont retrouvés en atelier pour échanger sur les TDR qui suivant les thèmes retenus pour chaque atelier, sollicite des membres de faire la revue des efforts faits par le pays, ressortir les lacunes et proposer les actions d’amélioration. Les résultats de ces travaux présentés en plénière se retrouvent dans l’annexe 4 du présent rapport. Deux groupes se sont constitués et les thèmes des ateliers se repartissent comme ci-après :

 Pour le premier atelier, les thématiques sont relatives à l’Etat de droit et élection en République du Bénin. En ce qui concerne le second atelier les thématiques sont liées à la  vie politique,  culture démocratique et droit de l’homme en République du Bénin.

A la suite de la plénière  et la validation des résultats des travaux en atelier, le coordonateur du projet a pris la parole pour remercier tous les participants  et  les a invité à  s’impliquer davantage dans la mise en œuvre du projet.

Les activités ont pris fin à 16h 10 min à la grande satisfaction de tous.